Fascias, la cause de nombreuses douleurs et les traitements en ostéopathie

Les fascias adhésifs peuvent être à l’origine de nombreuses douleurs, y compris celles qui ne sont pas associées au premier coup d’œil au fascia. Les fasciae sont des peaux très résistantes et élastiques qui s’enroulent autour des organes et des différents muscles. Les fasciae peuvent se coller et durcir. La douleur se développe, en commençant par les douleurs abdominales, du cou, des épaules, du dos et des articulations – jusqu’à la douleur qui se propage dans tout le corps. Cet article explique pourquoi il en est ainsi et ce que vous pouvez faire à ce sujet.

Sans tissu aponévrotique, nous ne serions pas viables

Le terme “fascia” vient du latin et signifie “bande” ou “faisceau”, ce qui décrit très bien la structure du fascia. Leur tissu en forme de bande, très résistant à la déchirure et riche en collagène, a une épaisseur de 0,5 à 3 millimètres. Le tissu aponévrotique est constitué de fibres de collagène, d’eau et de divers adhésifs, entre autres. Cette combinaison assure la stabilité, l’élasticité et la capacité de glissement. Ainsi, les fascias fournissent un soutien à notre corps, permettent des mouvements fluides et, si nécessaire, permettent même aux organes de bouger doucement. En tant que système tissulaire net et extrêmement complexe, le tissu fascial enveloppe tous les organes, muscles, vaisseaux, os, tendons et ligaments. Il relie tout ensemble, en maintenant toutes les parties du corps ensemble et en les fixant au bon endroit. Par conséquent, seul le tissu aponévrotique permet la formation d’un organisme cohérent. Mais les tâches du tissu aponévrotique dans le corps vont bien au-delà de la simple mise en forme et de la liaison.

Le tissu aponévrotique – réservoir d’eau et partie du système immunitaire

Le tissu aponévrotique, par exemple, sert de réservoir d’eau indispensable en raison de sa grande capacité de fixation de l’eau. Et il joue également un rôle majeur dans le système de défense de l’organisme.

D’une part, ce tissu forme une barrière importante qui rend la pénétration des corps étrangers beaucoup plus difficile et, d’autre part, on trouve des macrophages dans le tissu aponévrotique. Ce sont des cellules charognardes qui appartiennent au système immunitaire. Ils sont capables de dissoudre enzymatiquement les microorganismes pathogènes et les débris tissulaires. Le tissu aponévrotique permet aux organes de se déplacer. Le tissu aponévrotique garantit que tous nos organes et parties du corps restent toujours à leur place prédéterminée. Si ce n’était pas le cas, ils s’effondreraient à chaque mouvement du corps. Mais malgré cette caractéristique d’organisation, les tissus de l’aponévrose permettent aux organes de bouger leur position fixe en cas de besoin. C’est la condition préalable élémentaire pour rendre possible la respiration, la digestion ou même la grossesse. Lorsqu’il est inhalé, le tissu fascial provoque l’expansion des poumons et le déplacement des organes de la cavité abdominale vers le bas sans que l’un de ces organes n’affecte la fonction de l’autre. Pendant la grossesse, presque tous les organes sont poussés sur le côté afin que le fœtus ait suffisamment d’espace pour se développer. Et même dans cette situation extrême, les organes ne souffrent pas excessivement, car ils sont protégés par le tissu aponévrotique de telle sorte qu’ils ne frottent pas directement les uns contre les autres.

Les différents types de fascias

Il existe différents types de fascia avec différentes tâches, qui sont divisées en trois groupes : fascia superficiel, fascia profond et fascia viscéral.

Les fascias superficiels : Les fascias superficiels sont situés dans le tissu sous-cutané et se composent principalement de tissu aponévrotique et de tissu graisseux lâche. Ils relient entre eux tous les organes et tissus, stockent la graisse et l’eau, servent de tampon et permettent aux organes de bouger.

Des fascias profonds : Les fascias profonds sont les fascias qui ont le plus de fibres et qui entourent chaque muscle, os et articulation. Ils comprennent également les tendons, les plaques tendineuses, les ligaments et les capsules articulaires. Dans le muscle, ils séparent les fibres musculaires individuelles les unes des autres afin qu’elles ne puissent pas frotter les unes contre les autres.

De plus, ils sont équipés de nombreux récepteurs sensoriels. Ceux-ci réagissent à des stimuli mécaniques et chimiques ainsi qu’aux fluctuations de température. C’est pourquoi le tissu fascial est souvent appelé organe sensoriel.

En plus des récepteurs sensoriels, toutes les terminaisons nerveuses périphériques, c’est-à-dire les nerfs qui se trouvent en dehors du cerveau et de la moelle épinière, sont également situées dans cette zone de fascia. Par conséquent, les fascias profonds possèdent un grand nombre de récepteurs potentiels de la douleur qui réagissent directement aux lésions du fascia lui-même ainsi qu’à celles des nerfs.

Aponévrose viscérale : Les fascias viscéraux sont responsables de la suspension et de l’encastrement des organes internes et du cerveau. Chacun de ces organes est équipé d’une double couche de fascia pour sa protection. Les fascias viscéraux comprennent les méninges, le péricarde, la plèvre des poumons et le péritoine.

Le manque de mouvement fait que le tissu aponévrotique se colle à la peau

Pour que les fascias restent stables et en même temps élastiques, ils dépendent d’un mouvement suffisant. Néanmoins, il ne faut pas les surcharger, car un excès de mouvement, tout comme un manque de mouvement, peut faire que les fascias commencent à se coller les uns aux autres. Dans cette situation, leur capacité à planer est limitée, ce qui a un effet significatif sur notre mobilité – et donc sur notre bien-être.

Une altération du système lymphatique entraîne le collage des fascias

En plus des vaisseaux sanguins, les vaisseaux lymphatiques traversent également le tissu aponévrotique. Les vaisseaux sanguins transportent les nutriments vers les cellules et les vaisseaux lymphatiques transportent les déchets métaboliques et d’autres substances nocives de la Z

Le manque d’exercice fait que le tissu aponévrotique se colle

Pour que les fascias restent stables et en même temps élastiques, ils dépendent d’un mouvement suffisant. Néanmoins, il ne faut pas les surcharger, car un excès de mouvement, tout comme un manque de mouvement, peut faire que les fascias commencent à se coller les uns aux autres. Dans cette situation, leur capacité à planer est limitée, ce qui a un effet significatif sur notre mobilité – et donc sur notre bien-être.

Une altération du système lymphatique entraîne le collage des fascias

En plus des vaisseaux sanguins, les vaisseaux lymphatiques traversent également le tissu aponévrotique. Les vaisseaux sanguins transportent les nutriments vers les cellules et les vaisseaux lymphatiques transportent les déchets métaboliques et autres substances nocives loin des cellules.

Le flux lymphatique est maintenu exclusivement par le mouvement des muscles, de sorte que le système lymphatique dépend également d’une activité musculaire suffisante, c’est-à-dire du mouvement.

Si, par exemple, il y a une tension musculaire prolongée, par exemple dans la région du cou, des épaules ou du dos, l’absence de mouvement musculaire peut considérablement entraver le flux lymphatique à cet endroit. Comme cette zone n’est plus suffisamment déplacée, elle ne peut pas être approvisionnée en nutriments en quantité suffisante. Et l’élimination des substances nocives ne fonctionne plus non plus.

Comme la lymphe transporte également le facteur de coagulation du sang, le fibrinogène, entre autres, elle peut maintenant devenir encore plus problématique. Normalement, le fibrinogène est présent dans la lymphe sous forme dissoute. Dans la congestion lymphatique, en revanche, le fibrinogène s’accumule dans le tissu où il est décomposé en fibrine sous l’influence d’autres substances.

Le fibrinogène, facteur de coagulation du sang, devient ainsi de la fibrine – une “colle” endogène dont la tâche est normalement de fermer les plaies. Cependant, comme il n’y a pas de blessure, la fibrine colle plutôt le tissu aponévrotique environnant.

Cause de la douleur indéfinissable : fascia adhésif

Les fascias collés entraînent maintenant deux problèmes différents : d’une part, la perte de leur traction et de leur flexibilité limite considérablement la mobilité des fibres musculaires touchées.

D’autre part, les nerfs qui traversent cette zone de tissu peuvent être comprimés, ce qui peut entraîner une douleur intense. Il s’agit de douleurs dont la cause ne peut être identifiée sur une radiographie, de sorte que si la douleur est indéfinissable, il faut toujours tenir compte du fascia.

Dans le cas des douleurs dorsales, les disques intervertébraux ne seraient responsables que dans 20 % des cas, selon le Dr Robert Schleip, biologiste humain et directeur du projet de recherche sur les fascias à l’université d’Ulm. Les 80 % restants ont d’autres causes, notamment des fascias souvent coincés.

Lorsque le tissu aponévrotique se durcit

Par rapport aux jeunes, les personnes âgées ont généralement une teneur en liquide beaucoup plus faible dans leur corps. Le tissu aponévrotique souffre également de cette perte de liquide. Le rapport précédemment équilibré entre les parties fibreuses et aqueuses se déplace, c’est pourquoi les fascias des personnes âgées sont souvent constitués principalement de fibres de collagène fermes et inflexibles et de fibres nettement moins élastiques. Avec le changement des parties fluides, la structure spatiale du fascia change également. Au lieu de la disposition normalement en forme de diamant, les fibres ressemblent maintenant à une pelote de laine nouée. Les fascias se développent les uns dans les autres, s’emmêlent et commencent à se coller les uns aux autres dans tous les coins et à toutes les extrémités.

Cela a inévitablement pour conséquence de restreindre de plus en plus la capacité de mouvement des muscles. Si le tissu aponévrotique finit par se durcir, la flexion ou l’étirement des articulations devient de plus en plus douloureux.

* Vous pouvez trouver un ensemble de rouleaux fasciaux avec de très bonnes évaluations ici : https://amzn.to/2ZtoBTj

Le fascia collé et durci : un danger pour les organes et le cerveau

Comme le tissu aponévrotique s’étend sur tout l’organisme comme un filet, ce n’est qu’une question de temps avant que les organes ne soient également touchés par le durcissement du fascia. Cette situation est particulièrement dramatique car une enveloppe extérieure rigide empêche les organes d’absorber des nutriments en quantité suffisante et de libérer des substances nocives en quantité appropriée. L’irrigation sanguine, et donc l’apport d’oxygène aux organes, est également rendue plus difficile, de sorte que la vitalité des organes touchés diminue constamment – tout cela moins en raison de l’âge que d’un manque de liquide et de fascias collants ou durcis. Même le tissu aponévrotique du cerveau se contracte chez les personnes âgées en raison du manque de liquide. En conséquence, l’espace entre l’os du crâne et le cerveau devient de plus en plus grand.

Cette évolution est particulièrement désastreuse lorsqu’une personne tombe sur la tête, car le cerveau frappe alors le sommet du crâne avec force en raison du grand espace entre les deux. La conséquence d’une telle chute est souvent un traumatisme craniocérébral, qui peut entraîner de graves lésions cérébrales.

Muscles douloureux : conséquence d’un fascia endommagé

Outre le collage et le durcissement du tissu aponévrotique, des activités sportives excessives et une mauvaise posture persistante peuvent également contribuer à sa lésion. Par exemple, un étirement excessif entraîne une détérioration des fibres collagènes du fascia. Un étirement excessif apparemment inoffensif se manifeste par une douleur musculaire causée par une surcharge des muscles. Cependant, cela provoque de fines fissures dans le fascia, qui déclenchent de petits processus inflammatoires. Par conséquent, les muscles endoloris ne sont pas aussi inoffensifs que beaucoup de gens le pensent. Mais heureusement, cette blessure guérit généralement en quelques jours. La situation est complètement différente dans le cas d’un muscle étiré ou d’une fibre musculaire déchirée. Elles font partie des blessures du tissu aponévrotique les plus difficiles et donc les plus longues, qui sont également causées par un étirement excessif. L’irritation et l’inflammation des tendons, l’éperon du talon ou le tennis elbow ne sont rien d’autre que des blessures du tissu aponévrotique, qui indiquent que les structures touchées ne sont pas correctement ou sont trop sollicitées.

En outre, les coupures, les fractures ou tout type d’opération peuvent entraîner des lésions de l’aponévrose, ces dernières pouvant causer de grands dommages aux tissus, car un nombre particulièrement important de fibres peuvent être blessées.

Le manque de mouvement et le stress font souffrir le fascia

Les fascias dépendent d’un mouvement adéquat pour maintenir leur structure à la fois stable et souple. Un manque de mouvement entraîne des changements pathologiques dans le tissu aponévrotique. Il devient mat, collant et durcit. En particulier, les personnes qui exercent une activité exclusivement sédentaire ressentiront les modifications des tissus au fil du temps sous la forme de douleurs dans le cou, les épaules ou le dos.

La posture de soulagement, que chaque personne affectée adopte inconsciemment en raison de la douleur, aggrave encore la situation, car maintenant le changement de posture provoque une surcharge supplémentaire du fascia à d’autres endroits.

Le manque d’exercice et le stress font souffrir le fascia

Les fascias dépendent d’un mouvement adéquat pour maintenir leur structure à la fois stable et souple. Un manque de mouvement entraîne des changements pathologiques dans le tissu aponévrotique. Il devient mat, collant et durcit.En particulier, les personnes qui exercent une activité exclusivement sédentaire ressentiront les modifications des tissus au fil du temps sous la forme de douleurs dans le cou, les épaules ou le dos. La posture de soulagement, que chaque personne affectée adopte inconsciemment en raison de la douleur, aggrave encore la situation, car le changement de posture entraîne désormais une surcharge supplémentaire du tissu aponévrotique à un autre endroit, qui se manifeste alors également par la douleur.

Tout comme le manque d’exercice, le stress prolongé a également un effet négatif sur la tension du fascia, ce que le Dr Robert Schleip a pu prouver dans ses études. Dans les situations de stress, le corps libère des hormones spéciales qui lui permettent de s’adapter à la nouvelle situation. Ces hormones provoquent une tension des fascias sans que les muscles ne soient impliqués dans ce processus. Dès que le stress est passé, les fascias se détendent à nouveau.

Cependant, si le stress est non seulement de courte durée, mais persistant (stress chronique), les fascias restent tendus en permanence. En conséquence, ils perdent leur souplesse, comme un élastique tendu en permanence, et finissent par durcir. C’est pourquoi les situations de stress prolongées peuvent gravement entraver la mobilité de la personne concernée.

De plus, le matage, l’adhésion ou le durcissement du tissu aponévrotique a toujours un effet sur les terminaisons nerveuses qui courent dans cette zone tissulaire. Ils peuvent littéralement être serrés les uns contre les autres et réagir immédiatement par la douleur.

Cela montre clairement que la douleur n’est pas exclusivement causée par des lésions tissulaires. Et puisque dans le monde d’aujourd’hui, le stress continu, et pas seulement au travail, est devenu un état presque “normal”, il n’est pas étonnant que d’innombrables personnes se plaignent de douleurs chroniques aux articulations, au cou, aux épaules ou au dos.

L’acidose endommage les fascias

Une suracidification de l’organisme indique que le rapport sain entre les acides et les bases s’est déplacé en faveur des acides. De nombreux facteurs peuvent contribuer à cette suracidification. Il s’agit notamment d’une alimentation et d’un mode de vie malsains ainsi que d’un stress physique ou mental persistant. Un excès d’acide endommage l’organisme tout entier, et le tissu aponévrotique n’est nullement exclu. Au contraire, en raison de sa forte teneur en liquide, ce tissu est en contact particulièrement intense avec les acides produits dans le liquide extracellulaire. C’est le liquide qui se trouve à l’extérieur des cellules dans tout le corps. Ce sont donc aussi les fascias qui y sont confrontés dans tous les domaines et qui sont donc les premiers à réagir à l’hyperacidité. Le tissu fascial perd sa souplesse dans un environnement corporel suracidifié. Il durcit et entrave ainsi la circulation sanguine et lymphatique ainsi que l’activité musculaire. L’acide irrite également les tissus sensibles, de sorte que des inflammations peuvent se développer dans toutes les zones du corps.

Les nerfs enfermés par le fascia sont également irrités par l’excès d’acide, qui peut à son tour se manifester par des douleurs indéfinissables.

Le coup du lapin – une catastrophe pour nos fascias

Même les collisions arrière mineures peuvent entraîner des blessures par coup de fouet, car la force de l’impact est transférée en un éclair à l’ensemble du corps. Tous les types de tissus sont brusquement accélérés pendant un moment – à des degrés divers selon le type de tissu – puis s’arrêtent à nouveau brusquement. Pas simultanément, cependant, mais plus tôt ou plus tard, selon le type de tissu. Cette situation provoque un chaos total dans le corps. La tête et le cou sont d’abord trop tendus vers l’arrière, avant d’être soudainement projetés vers l’avant. La ceinture appliquée provoque une torsion du torse vers l’intérieur lors de l’impact. L’épaule droite, qui n’était pas tenue par la ceinture, est d’abord déchirée vers l’avant puis vers le bas. La force descendante presse le diaphragme sur le foie, ce qui peut étirer ou tirer excessivement les ligaments forts du foie. Du foie, la force de l’impact atteint finalement les reins. Comme ceux-ci ne sont pas attachés à des ligaments solides comme les autres organes, mais sont seulement protégés par l’aponévrose rénale et la graisse des reins, le rein est poussé vers le bas et se tord. Même l’intérieur de la colonne vertébrale et le crâne sont affectés par les effets d’une telle force de poussée. En fin de compte, c’est tout le système fascial qui est touché, de sorte qu’après un certain temps, les effets de l’accident sont ancrés sur tout le corps.

La douleur qui survient le plus souvent après un accident de voiture affecte le cou et la tête. Cependant, quelque temps après l’accident, d’autres symptômes douloureux peuvent également se manifester, qui se propagent dans tout le corps – et souvent personne ne les associe à la blessure “mineure” du coup de fouet.

La douleur se produit ici et là et l’organisme ne parvient tout simplement pas à se reposer. À un moment donné, les douleurs d’errance constante mettent également à rude épreuve le psychisme des personnes concernées.

Les méthodes de diagnostic conventionnelles ne pourront pas fournir d’explication à cette douleur, car sur une radiographie, les fascias trop étirés ou blessés ne sont pas visibles.

Une tension fasciale modifiée migre à travers le corps

Cet exemple montre de façon impressionnante que l’organisme entier est maintenu par le tissu aponévrotique. Tout est lié à tout le reste et donc une tension fasciale modifiée peut toujours avoir un effet sur la tension du fascia d’autres parties du corps.

Par exemple, si le tissu aponévrotique du foie se durcit en raison d’une inflammation de l’organe (hépatite), la tension du fascia dans la région du rein droit change également. Enfin, l’épaule droite est également touchée.

Toute l’articulation de l’épaule s’enfonce alors légèrement vers le bas, vers le foie. Cela crée une tension supplémentaire sur l’articulation de l’épaule, ce qui peut en fin de compte nuire gravement à la mobilité du bras droit.

Ainsi, le problème de l’épaule et du bras sera toujours du ressort du spécialiste du fascia ou de l’ostéopathe.

Un autre exemple :

Les fascias rénaux se trouvent à proximité des fascias du muscle lombaire. Par conséquent, le schéma de tension du fascia lombaire est en dialogue étroit avec celui des reins. Dès que les fascias rénaux changent de tension, le muscle des vertèbres lombaires réagit également à la tension.

Ainsi, si vous ressentez occasionnellement des douleurs dans la région lombaire sans pouvoir en déterminer la cause exacte, celles-ci pourraient être liées aux fascias rénaux. Il serait donc judicieux de consulter un spécialiste des fascias ou un ostéopathe.

Si vous souffrez de douleurs dont la cause est introuvable, il vaut la peine de contacter un spécialiste du fascial. Il existe aujourd’hui de nombreux thérapeutes qui proposent des traitements fasciaux ciblés. Dans ce contexte, l’ostéopathie, le Rolfing ou la thérapie Senmotic ont connu un succès assez impressionnant.

sources

Schwind P., “Fascia – Tissue de la vie : le mystérieux réseau du corps et son importance pour notre santé”, édition de septembre 2014, Irisiana Verlag

Call Now ButtonURGENCE OSTÉOPATHE ?