Qu'est ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une forme de médecine indépendante. Il s’agit essentiellement de reconnaître les troubles fonctionnels dans le corps et de les corriger manuellement, c’est-à-dire avec les mains. L’une des règles de base de l’ostéopathie est la “Règle de l’artère”. Cela signifie que si les flux sanguins entrants et sortants fonctionnent sans restriction, l’organisme est capable de résoudre lui-même presque tous les problèmes.

Le principe de base de l’ostéopathie est que le corps a des mécanismes d’autorégulation et des pouvoirs d’auto-guérison contrôlés intelligemment (divinement ?). Ils sont transmis dans l’organisme par des voies biochimiques (hormones, par exemple) ou électriques (nerfs). Pour un fonctionnement optimal de l’autorégulation dans le corps, il est important que le sang, la lymphe et les nerfs circulent librement. Si une congestion ou une irritation des nerfs se produit dans le corps, par exemple en raison de blocages ou de tensions, des problèmes peuvent survenir dans la zone suivante. Les pouvoirs d’auto-guérison ne peuvent plus fonctionner librement et des maladies ou des douleurs peuvent se développer.
En général, l’ostéopathie est divisée de manière didactique en trois domaines :

  • Ostéopathie pariétale
  • Ostéopathie viscérale
  • Ostéopathie craniosacrale

La zone pariétale comprend tout l’appareil locomoteur. Cela comprend les os, les muscles, les tendons, les ligaments et le tissu conjonctif.
La zone viscérale comprend tous les organes de la cage d’éclatement (avec le cou), l’abdomen et le bassin.
La zone craniosacrée (cranium signifie crâne, sacrum signifie sacrum) comprend toute la tête, la colonne vertébrale jusqu’au coccyx, le cerveau et la moelle épinière ainsi que les méninges.

Ces trois domaines sont indissociablement liés et ne sont divisés que pour l’enseignement et l’explication. Dans le corps vivant, il n’est guère possible de les regarder isolément, car ils sont reliés de façon infinie et forment ensemble l’être humain.

Un autre point est qu’en ostéopathie, le corps est toujours considéré comme une unité. La cause de la douleur, par exemple, peut être lointaine ou même proche. Voici un exemple : Si une personne ressent une douleur dans la région gauche de l’épaule et du cou, c’est peut-être parce qu’il y a un blocage de la colonne vertébrale qui provoque la douleur. Cependant, le problème peut également être causé par un blocage au niveau du coude avec une traction musculaire vers l’épaule. Ou par un blocage des os du tarse, qui provoque des problèmes plus haut dans le corps en raison d’un changement de la statique corporelle. Cette liste de possibilités peut être poursuivie presque indéfiniment et peut également être liée à la zone des organes ou au système craniosacré.

Pour qu’un traitement de ces douleurs soit efficace, il doit donc être axé sur le processus et le patient. Cela signifie que le patient doit être examiné soigneusement et individuellement pour savoir pourquoi ses douleurs existent. Les résultats de cet examen sont ensuite utilisés pour effectuer un traitement adapté au patient. Ce qui n’est pas fait, c’est de dire : en cas de douleur dans la région de l’épaule et du cou, nous traitons toujours la colonne cervicale, les côtes et l’articulation de l’épaule. Parce que toutes ces zones peuvent, mais ne doivent pas nécessairement, être touchées.

Le véritable art de l’ostéopathie n’est pas le traitement en lui-même (même s’il est important), mais de découvrir quelles sont les zones qui doivent être traitées. Cela nous amène à un autre point important : l’ostéopathie est absolument basée sur l’anatomie. Même si certains traitements peuvent faire une impression très douce et spirituelle, la base de chaque traitement est une connaissance exacte de l’anatomie et des connexions fonctionnelles !

L’objectif d’un traitement est de résoudre les limitations fonctionnelles afin de soutenir les pouvoirs d’auto-guérison intelligents du corps. Ce qui se passe en tant que guérison est ce que le corps lui-même fait avec cette liberté supplémentaire. Ce n’est pas le thérapeute qui guérit le patient, mais il ne fait que soutenir le corps dans l’auto-guérison !

Par conséquent, le patient peut se sentir nettement mieux immédiatement après le traitement. Toutefois, il peut également s’écouler quelques jours ou quelques semaines avant que l’amélioration ne se produise. Parfois, il faut une plus longue séquence de traitement pour obtenir une amélioration. Car si les problèmes du corps existent depuis longtemps, il faut parfois beaucoup de temps pour résoudre ce schéma dans le corps. Et bien sûr, il y a des cas où l’ostéopathie ne peut pas apporter une amélioration.

Voici une sélection de douleurs pour lesquelles l’ostéopathie peut aider :

L’ostéopathie dans le département de médecine interne :

Problèmes articulaires, lumbago, sciatique, coup de fouet, entorse et autres blessures,

L’ostéopathie pour les maladies de la peau :

Indigestion, brûlures d’estomac, abaissement d’organes, interventions chirurgicales telles que cicatrices et adhérences, problèmes cardiaques fonctionnels,

L’ostéopathie pour les maladies de la peau :

Maux de tête, migraines, sinusite, infection chronique de l’oreille moyenne, amygdalite, vertiges, acouphènes, problèmes d’articulation temporo-mandibulaire, régulation de la morsure,

L’ostéopathie pour les maladies de la peau :

Crampes menstruelles, grossesse, préparation et suivi de l’accouchement, douleurs climatiques, désir d’enfant non satisfait,

L’ostéopathie pour les maladies de la peau :

difformités cranio-faciales liées à la naissance, torticolis, syndrome de Kiss, scoliose, dysplasie de la hanche, enfant recraché, retards de développement, troubles d’apprentissage et de concentration, trouble déficitaire de l’attention (TDA), handicaps,

L’ostéopathie pour les maladies de la peau :

neurodermite, zona…

Call Now ButtonURGENCE OSTÉOPATHE ?