Quels sont les critères d'un bon ostéopathe ?

Quels sont les critères d'un bon ostéopathe ?

Trouver un ostéo c'est facile. Trouver un BON ostéo, c'est une autre paire de de manches 🙂

Trouver un ostéopathe est une chose qui est particulièrement facile en revanche trouver un bon ostéopathe c’est une autre paire de manche. Aujourd’hui je vous donne les dix critères essentiels qu’un bon ostéopathe doit avoir pour répondre de manière claire et pratique aux questions qu’on peut se poser sur l’ostéopathie ou la santé en général. On va tout de suite rentrer dans le vif du sujet.

1 – Un bon ostéopathe doit avoir un diplôme d’ostéopathie reconnu par l’état

La première des règles : Il faut bien évidemment que l’ostéopathe est un diplôme qui soit reconnu par le ministère. Si le titre ne comprend D.O. c’est-à-dire diplôme d’ostéopathie alors le diplôme n’est pas reconnu par le ministère. Évidemment ce n’est pas un gage de qualité mais au moins ça veut dire que sa formation à l’ostéopathie correspond à certaines normes, certains critères, un cursus qui est imposé par l’état.

2 – Un bon ostéopathe doit faire une anamnèse

Ensuite au début de la consultation de l’ostéopathe à domicile ou en cabinet, il va faire une anamnèse et dans cet anamnèse, il faut que systématiquement les questions portent sur votre motif de consultation et votre historique médical, compte rendu et clichés à l’appui si possible ! Pourquoi ? Parce que l’ostéopathe est un praticien qu’on va voir en première intention et qui dit première attention dit que vous n’avez pas de prescription médicale et que vous n’avez pas de lettre du médecin et ça à un intérêt parce que l’ostéopathe doit détecter les reds flags pour savoir si vous avez besoin d’être réorientés. Pendant l’anamnèse les questions ont une importance fondamentale mais elles ne suffisent pas !

3 – Un bon ostéopathe doit mener une batterie de tests médicaux

La troisième chose c’est donc qu’il y a une batterie de tests médicaux qui vont permettre de faire un diagnostic différentiel pour éventuellement réorienter ou pour connaître les contre-indications à certaines manipulations. Par exemple si vous avez mal au genou et que vous consultez un ostéopathe avant même qu’ils fassent ces examens ostéopathiques et ses manipulations ostéopathiques, il faut qu’il fasse une batterie de tests orthopédiques pour le genou, qui vont permettre d’écarter la pathologie méniscale ou la pathologie ligamentaire. Et ça c’est applicable pour n’importe quel motif de consultation.

4 – Un bon ostéo devra faire un bilan ostéopathique de mobilité

La quatrième chose c’est qu’il va faire un bilan ostéopathique de mobilité. C’est à dire qu’avec ses mains il va faire bouger plusieurs structures du corps pour savoir deux choses :

  • La première chose c’est où il va manipuler
  • Et la deuxième chose essentielle c’est pourquoi il va manipuler.

5- Un bon ostéopathe vous expliquera le diagnostic ostéopathique

En principe l’ostéopathe vous expliquera ce qu’on appelle l’entonnoir diagnostic ostéopathique. S’il ne vous explique pas, bon après vous pouvez demander évidemment ! Mais si en gros vous ne comprenez pas ça c’est un problème ! Parce que si vous ne comprenez pas et que ça ne vous semble pas logique ses explications ! C’est que lui non plus ne comprend pas !

6 – Un bon ostéopathe ne vous fera pas mal

Qu’on le veuille ou non les manipulations ne doivent pas faire mal, à l’exception éventuellement du travail musculaire direct quand on va sur un muscle spasmé. Par exemple quand vous vous faites masser les trapèzes et vous avez énormément de tension dans les trapèzes, évidemment c’est possible que ce soit un petit peu désagréable en dehors de cette approche musculaire directe, c’est clair c’est net aucune manipulation de doit faire mal ! Après le traitement manuel, après les manipulations, vous ne rentrez pas chez vous.

8 – Un bon ostéopathe vous conseillera sur votre hygiène de vie, votre quotidien

Dans tous les cas l’ostéopathe doit vous conseiller ! Il doit vous conseiller sur votre hygiène de vie, c’est-à-dire ce sur quoi vous pouvez avoir un effet au quotidien. Et ça c’est le point clé aussi pour que les symptômes ne reviennent pas, ou le plus tard possible. Parce qu’évidemment les magiciens n’existent pas.

9 – Un bon ostéopathe est honnête envers vous

Au même titre que la démarche conceptuelle et d’explications doivent être honnêtes et sincères. Il faut qu’elle le soit aussi concrètement. L’ostéopathe n’est pas remboursé par la sécu ! Il ne prend pas la carte vitale. Il a un certain nombre de liberté : la liberté de la première intention, la liberté des techniques, mais il a aussi des obligations. Et les obligations c’est de ne pas se moquer de vous en vous suggérant que ce n’est pas forcément une mauvaise idée d’aller vous faire tirer les cartes ou qu’on pourrait peut-être négocier trois séances de kiné, pour une séance d’ostéo.

10 – Un bon ostéo instaura un climat de confiance

Le dernier point est très subjectif mais pour moi il est essentiel. Si vous vous sentez compris, que vous ressentez la bienveillance, que vous sentez écouter alors tant mieux parce que c’est très difficile d’établir une relation de confiance avec une neutralité thérapeutique. Comme c’est très difficile ça a beaucoup de valeur !

Source : la chaîne santé

Call Now ButtonURGENCE OSTÉOPATHE ?