Ces professions qui favorisent le mal de dos

Certaines professions présentent une sensibilité au mal de dos nettement plus élevée que d’autres. En France, le commerce des tuiles est le leader incontesté.

Un milliard de graves douleurs dorsales

Du point de vue de l’employeur, les absences pour maladie constituent un risque incalculable. En moyenne, les salariés Français sont absents 17,2 jours par an. La cause principale est les douleurs dorsales et articulaires. Selon une étude de la Fondation Burda, l’absence qui en résulte coûte environ 129 milliards d’euros.

À ces coûts s’ajoutent les dépenses pour le traitement de ces douleurs, qui se chiffrent également en milliards.

En bref : les maux de dos ne coûtent pas seulement de la force et de la patience, mais aussi beaucoup d’argent. Mais certaines professions sont-elles plus sensibles que d’autres ?

Le Bureau rend huit employés sur dix malades

Bien entendu, il existe des variations importantes entre les différents groupes professionnels. Le travailleur de bureau classique est particulièrement touché : statistiquement, huit employés sur dix tombent malades en raison de leur profession. Les douleurs dorsales et conjointes sont un effet secondaire classique des longues journées de travail.

Les médecins soulignent qu’un travail de bureau ne doit pas nécessairement s’accompagner de maux de dos – seul le manque de mouvement sur le lieu de travail est à l’origine de ces souffrances. Si les employés Français se levaient toutes les unes ou deux heures et investissaient quelques minutes dans des exercices de relaxation, les statistiques pourraient montrer une image complètement différente. D’ailleurs, les employés de bureau se plaignent le plus souvent de douleurs au cou et aux épaules.

Ces professions sont les plus fréquemment touchées

Les compagnies d’assurance maladie estiment à 50 % le “potentiel d’économie” des absences pour maladie, si l’on investit davantage dans la prévention. Ces mesures comprennent, par exemple, des cours d’exercices pour le dos ou des entraînements de natation.

Il convient de les encourager, en particulier dans les professions artisanales : Dans le secteur du carrelage, par exemple, le taux de maladie du dos et des articulations est de 40 %. En moyenne, les membres de ces professions prennent 19,1 jours de congé de maladie par an, ce qui est supérieur à la moyenne de 17,2 jours. Dans le secteur de l’électricité, ce taux est de 26 %. Dans l’industrie du verre/papier et de la céramique, en revanche, un peu moins d’un tiers des salariés tombent malades en conséquence.

Call Now ButtonURGENCE OSTÉOPATHE ?